Footpatrol Discussions I Hybride Officiel

27.01.23 Footpatrol Discussions



Pour le premier FP Discussions de l’année 2023, et dans la continuité des évènements auxquels Footpatrol a pris part au cours de la Paris Fashion Week, nous sommes partis à la rencontre de Leslie Barbedette, créatrice la marque Hybride Officiel, dans son atelier.
Découvrez-la à travers notre interview…

FP : Bonjour Leslie, pourrais-tu te présenter, nous parler de ton parcours et de ton activité ?

L.B. : Hello ! Je suis Leslie Barbedette, j’ai 23 ans et je suis la créatrice de la marque Hybride Officiel.
Mon parcours est plutôt classique. Après avoir obtenu un bac général, j’ai intégré une école de commerce à Paris. Je ne savais pas vraiment ce que je voulais faire dans la vie alors j’ai choisi de suivre un cursus qui ne m’engageait pas dans une voie en particulier. J’ai fait du marketing et aujourd’hui je suis en dernière année de master en management international.
En parallèle de mes études, j’ai lancé Hybride Officiel, une marque de vêtements faits-main, basée à Paris.

FP : Depuis quand fais-tu ça et quelles ont été tes motivations pour te lancer dans cette aventure ?

L.B. : J’ai créé Hybride Officiel en 2020. J’ai eu la chance à ce moment-là de ma vie d’avoir une personne à mes côtes à qui je pouvais parler de mes ambitions et qui me soutienne dans tout ce que j’entreprends.
Inconsciemment, je ne me suis jamais imaginée travailler dans des bureaux donc Hybride Officiel m’est venue assez naturellement. Après le premier confinement, j’ai créé Hybride women qui est par la suite devenu Hybride Officiel : une marque de prêt-à-porter Femme/Homme.
Hybride Officiel c’est bien plus qu’une marque de vêtements à mes yeux. En me lançant dans ce projet, je ne pensais pas que cela prendrait autant de place dans ma vie. Ça a commencé par l’idée de faire des vêtements et c’est devenu quelque chose de plus important. J’ai envie d’exprimer ma vision à travers la mode mais aussi le design d’intérieur ou encore créer une vraie communauté Hybride Officiel avec laquelle je pourrai partager tout ce qui m’anime.

FP : On ressent directement ton attrait pour la mode, par ton look, mais aussi par les pièces que tu as pu imaginer ! Quelles sont tes influences, inspirations et comment décrirais-tu ton style ?

L.B. : Ça peut paraître bateau mais j’aime la mode depuis toujours, celle du quotidien.

Ma mère a été mon premier modèle, je l’ai toujours trouvée élégante et bien habillée. En grandissant, j’ai testé un peu tous les styles et c’est en travaillant sur Hybride Officiel que j’ai appris qui j’étais et qui je voulais être.
C’est là que mes inspirations se sont confirmées. Ma double culture, française-ivoirienne, influence beaucoup mon travail. J’essaye d’exprimer cette diversité à travers mes vêtements et c’est ce mélange de cultures qui fait l’identité d’Hybride Officiel.

FP : Pourrais-tu nous parler de ton processus de création, est-ce qu’il y a une journée type ?

L.B. : Mon processus de création a pas mal évolué depuis le début d’Hybride Officiel.
Au début, je ne me posais pas vraiment de questions sur la direction artistique de la marque, le style ou encore comment j’allais vendre mes pièces.
Avec le temps, j’ai commencé à me demander ce que je voulais vraiment transmettre à travers Hybride Officiel. En effectuant un travail personnel pour savoir qui j’étais et ce que je voulais accomplir dans la vie, j’ai trouvé l’identité de la marque et la direction artistique que je voulais suivre.
J’ai voulu travailler sur une collection emblématique qui représenterait la diversité telle que je la vois. Du coup, je me suis basée sur mes inspirations, j’ai imaginé une histoire et j’ai commencé à bosser sur des croquis. Je voulais aussi que cette collection soit une référence pour la marque et que les modèles se distinguent par un détail qui serait directement associé à Hybride Officiel.

Aujourd’hui, j’en suis au stade des prototypes. Je teste de nouvelles matières pour savoir quelle sera la plus appropriée pour les modèles. Dès que les prototypes correspondront à ce que j’avais en tête, je pourrai commencer à faire un moodboard, prendre les photos et lancer la communication autour de la collection.

FP : Toutes les pièces sont éco responsable, réalisées et confectionnées à la main dans ton atelier parisien. C’est un point important dans ta démarche ?

L.B. : J’ai les bases en couture mais ce n’est pas ce que j’aime le plus dans le processus de création. Ce que j’aime c’est penser et designer des modèles. Donc quand j’ai décidé de créer Hybride Officiel, j’avais besoin de trouver un atelier qui s’occuperai de la production.

Vu que je vis à Paris, le quartier du Sentier a été la première chose à laquelle j’ai pensé ! C’était un quartier célèbre dans le secteur du textile à l’époque et même s’il a connu des moments durs avec la délocalisation des ateliers de production, il a encore tellement de chose à offrir !
J’ai choisi Paris parce que je voulais avoir la possibilité de suivre les productions en temps réel. Il y a aussi le fait que produire à l’étranger me paraît difficile à gérer et puis l’Humain dans tout ça… C’est tellement plus passionnant de travailler avec des « vraies » personnes. J’ai besoin d’échanger et de créer une vraie relation avec les gens avec qui je travaille. Ça peut paraître vieux jeu mais j’aime m’assoir et écouter les histoires du propriétaire de mon atelier pendant qu’il coupe des tissus. C’est passionnant et enrichissant. J’ai toujours préféré les relations en face à face à celles qui sont virtuelles et je veux le faire ressentir dans mon travail.

Pour ce qui est du sourcing, c’est pour des questions économiques que j’ai commencé avec des tissus deadstock. C’était moins cher et il y avait un large choix à disposition.  Les deadstocks ce sont les restes des tissus non utilisés de grandes marques. Là, on ne parle pas juste de chutes de tissus mais de rouleaux entiers ! Je n’avais pas conscience de ce que cela pouvait signifier. En découvrant tous ces tissus, j’ai réalisé l’impact négatif et le gaspillage dans l’industrie de la mode. Et c’est en apprenant le métier que c’est devenu important pour moi de faire les choses bien.

FP : De ce fait, qu’est-ce que tu aimerais changer dans l’industrie du textile et de la mode ? As-tu déjà des idées ?

L.B. : Il y a tellement de choses à dire… Je pense qu’on a tous une part de responsabilité et qu’il faut que l’on change nos manières de produire et de consommer. C’est tout à fait possible, il faut juste y mettre du sien.  J’aimerais aussi que l’on montre une image plus positive de l’industrie de la mode, une image moins superficielle. J’ai eu l’opportunité de rencontrer des personnes bienveillantes et passionnées qui ont la volonté de partager leur savoir et pour moi c’est ça la mode : c’est de la passion et du partage.

FP : Le projet dont tu es la plus fière ?

L.B. : Le projet dont je suis le plus fière c’est Hybride Officiel. Je voulais juste avoir quelque chose qui soit à moi et qui me passionne. J’ai besoin d’aimer ce que je fais pour m’investir. Dans le cas contraire, je subis et ça ne dure jamais très longtemps. Donc j’ai créé quelque chose qui me motive chaque jour et me donne envie de faire plus. Hybride Officiel est devenu mon quotidien ! J’ai aussi eu la chance d’échanger avec une personne qui m’a dit que si ce que je cherchais n’existait pas, je devais le construire par moi-même. Alors c’est ce que j’essaye de faire …. J’aimerais qu’Hybride Officiel devienne une référence au-delà de la mode et ouvre la voie à d’autres artistes talentueux.

FP : Quels sont les objectifs que tu aimerais atteindre avec la marque ?

L.B. : Quand j’ai créé Hybride Officiel, je voulais avoir une marque à travers laquelle je pourrai me reconnaitre. Lorsqu’on est métisse, il y a un moment où on se pose pas mal de questions sur notre identité et notre place dans la société.
Avec Hybride Officiel, j’ai fait un gros travail sur moi-même pour savoir qui j’étais et ce que je voulais transmettre. Je me suis rendu compte qu’être métisse ce n’étaient pas seulement le fait d’avoir deux parents de cultures différentes, c’est aussi appartenir à plusieurs environnements en même temps, ou encore avoir à s’adapter comme un caméléon…
L’objectif avec la marque serait de construire quelque chose qui va au-delà des vêtements, construire une communauté dans laquelle chaque personne pourrait trouver une place autour d’un intérêt commun qui est la mode.

FP : Beaucoup de gens hésitent dans le lancement de leurs projets et ont des doutes. Comment cela s’est passé pour toi et quels conseils aurais-tu pour ceux qui n’ose pas ?

L.B. : C’est normal d’avoir des doutes ! J’en avais et j’en ai toujours mais on ne peut pas savoir avant d’avoir essayé. C’est triste parce qu’on nous apprend à avoir peur de l’échec alors que c’est ce qui forge une personne. En général, les erreurs qu’on fait nous permettent d’approcher la suite différemment, alors il faut se faire confiance et accepter les échecs pour mieux avancer. Après, on ne va pas se mentir, ce n’est pas facile du tout…

FP : Merci pour ton temps, as-tu un dernier mot à rajouter ?

L.B. : Merci beaucoup de m’avoir donné l’opportunité de m’exprimer ! Je n’en suis qu’à mes débuts mais j’espère accomplir de belles choses avec Hybride Officiel et partager cette aventure avec les gens que j’aime !

Recomended Post

Footpatrol Discussions | Alex

Footpatrol Discussions

January 21, 2024

La TEAM FP présente ses Sneakers of the Year 2023

General

January 9, 2024

Le top départ de la SL 72 chez Footpatrol

General

December 19, 2023

Rétrospective : nos Jordan XI de décembre préférées

General

December 16, 2023